lundi 7 avril 2008

Mais qu'est-ce que le jansénisme ?

En ce moment sur Wikipédia, nous sommes une petite équipe engagée dans le "wikiconcours" du printemps. Il s'agit, en deux mois, de prendre cinq articles autour d'un thème donné, et de les mener au meilleur niveau possible.

Un exercice plaisant, très utile pour l'encyclopédie, qui favorise le travail d'équipe et l'émulation. Dans notre équipe "janséniste", nous avons choisi de travailler sur les articles jansénisme (quand même, c'est la base), convulsionnaires de Saint-Médard (un sujet passionnant et fondamental), Simon Arnauld de Pomponne et Robert Arnauld d'Andilly (deux biographies de la "galaxie" Arnauld) et une gageure, Blaise Pascal (un vaste fourre-tout pour l'instant).

Cela explique en partie mon peu de présence sur ce blog en ce moment.

Or voilà que l'article Jansénisme commence à avoir un aspect correct. Il me semble qu'on arrive à une synthèse sans doute encore imparfaite, mais qui permettra au lecteur de base d'avoir un aperçu correct de la chose, avec une orientation bibliographique lui permettant d'aller plus loin. L'article imprimé fait 33 pages.

On en arrive donc au stade de la rédaction de l'introduction, qui doit pouvoir donner un aperçu extrêmement rapide du sujet, inciter le lecteur à aller plus loin sans pour autant être dans l'approximation. Et là se pose la question cruciale : comment définir en quelques mots ce qu'est le jansénisme ?

Est-ce une doctrine ? Non, il n'y a pas de corpus doctrinal défini et accepté par tous ceux qu'on appelle jansénistes.

Est-ce une hérésie ? Pour l'Église catholique, oui. Mais enfin, nous n'écrivons pas en prenant le point de vue de l'Église, donc ce mot ne convient pas. Et il y a plein de "jansénistes" qui sont morts en pleine communion avec l'Église.

Est-ce un courant théologique ? Peut-être. Mais comme le dit un des membres de notre équipe, un courant n'est pas grand chose, c'est même assez vague comme notion.

Alors je cherche dans mes livres...

Je relis l'introduction qu'Augustin Gazier fait pour son Histoire générale du mouvement janséniste : "L'ouvrage que je présente aujourd'hui au public n'est pas une histoire du jansénisme ; pour écrire pareille histoire, il faudrait croire à l'existence de ce fantôme ; il faudrait être persuadé qu'il y a eu de par le monde, au XVIIe siècle et depuis, des Jansénistes en chair et en os. Or les Jésuites et leurs adhérents sont les seuls qui croient avoir rencontré ce phénomène, ou plutôt ce monstre, comparable aux hippogriphes ou aux licornes. Il n'y a jamais eu de véritables jansénistes, puisque le premier soin de tous ceux que l'on appelle ainsi est de flétrir avec énergie, comme le faisait déjà en 1657 l'auteur de la XVIIe Provinciale, la doctrine décourageante, désolante et impie des cinq propositions dites de Jansénius. Ils protestent en outre de leur passion pour l'orthodoxie et de leur ardent désir de demeurer dans la barque de Pierre, la seule qui puisse arriver au port."

Et oui, c'est vrai, les jansénistes ne veulent pas qu'on les appelle comme ça, puisque pour eux ils ne font qu'affirmer la doctrine catholique.


Dans d'autres ouvrages, on parle de mouvement spirituel. Oui, mais ce mouvement n'a pas une continuité linéaire du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle. Alors, comme René Taveneaux, on peut parler au pluriel : parler "des" jansénismes. Essayer de mettre au jour, tout le temps, les ambiguïtés d'un terme forgé non par les partisans d'un système de pensée et de foi, mais par leurs adversaires.

Il est toujours plus facile de se définir contre quelque chose que de mettre clairement au jour ce qui forme l'unité d'un nombre important de personnes, aux croyances et convictions très riches, sur plus de trois siècles.

Je crois que nous allons avoir du mal à définir le jansénisme en quelques mots pour l'introduction. Il faut rendre compte de la complexité du "mouvement", même si ça risque de rebuter un peu le lecteur.

Mais du coup, je me pose des questions. Comment se fait-il que, personnellement, je sois capable de sentir presque intuitivement ce qu'est le jansénisme ? Parce que j'additionne les preuves ? Il est contre ça, ça et ça (en vrac : les Jésuites, l'ultramontanisme et une dévotion mariale trop marquée), donc il est janséniste ? Pourquoi pas, mais ça n'est pas assez juste.
Il est austère, rigoriste, attaché à la vérité, a une conception exigeante de la grâce divine ? Oui, ça aide. Mais ces caractéristiques peuvent se retrouver chez des non jansénistes.

Bref, malgré tout le travail que nous pourrons faire pour essayer d'expliquer clairement et simplement les choses, il faut se résoudre à ne donner qu'une vision imparfaite des choses. Si je pense savoir à peu près ce qu'est le jansénisme, c'est que je baigne dedans depuis des années. Rien ne remplacera la lecture des ouvrages spécialisés, rien n'est plus formateur que la pratique des archives. Et l'exercice d'écriture est aussi un bon moyen de mettre au clair des idées parfois confuses, ou diffuses. Les certitudes ont besoin de passer au laminoir de l'écriture, où elles s'affinent, se précisent et se font plus intelligibles.

Ou alors je reprends les mots de Jean-Pierre Chantin dans l'introduction de son excellent ouvrage de synthèse : le jansénisme est une "énigme historique". Jolie pirouette, mais tellement vraie... et tellement révélatrice des passions qu'a suscité ce mouvement depuis des siècles, et de l'attachement qu'il provoque encore chez ceux qui se penchent dessus.

Énigme historique, oui, finalement ça n'est pas mal trouvé...

---------------
* Augustin Gazier, Histoire générale du mouvement janséniste depuis ses origines jusqu'à nos jours, 2 tomes, Paris, Honoré Champion, 1924
* Jean-Pierre Chantin, Le Jansénisme ; entre hérésie imaginaire et résistance catholique, Cerf, 1996, 126 pages.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,

Merci pour ce blog intéressant.
Connaissez-vous le livre de Léon Séché "Les derniers jansénistes" ?

P. Bernard VIGNOT
prêtre vieux catholique de l'Union d'Utrecht.

Serein a dit…

Bonjour,

merci pour votre intérêt.

Bien sûr, je connais et ai lu longuement cet ouvrage. Augustin Gazier le disait truffé d'erreurs, mais pourtant la plupart de mes recherches personnelles concordent avec ce qu'il dit.

Vouliez-vous avoir des informations à ce propos ?